La conformité et les normes de l’installation électrique d’une maison en France

La conformité et les normes de l’installation électrique d’une maison en France

Source de confort et non moins à l’origine de nombreux risques domestiques, l’électricité doit répondre à un certain nombre de règles tant au niveau de la mise en place que de l’usage de l’électricité. Dans l’Hexagone, les installations électriques doivent respecter une bonne liste de critères préétablis. Voici quelques indices sur le fonctionnement de la réglementation électrique française.

Qu’est-ce qu’une installation électrique conforme en France ?

En premier lieu, la conception même d’une installation électrique est généralement difficile à appréhender pour un novice. Il en va de même pour les principes et règles qui la régissent et qui l’uniformisent.
Autrement dit, pour respecter les règlementations relatives aux installations électriques, il vous faut lire et maîtriser des directives qui s’étalent sur plusieurs dizaines de pages. Mais pour faire simple, vous saurez que votre installation est conforme aux exigences si elle suit la norme NF C15-100.
Cette dernière porte sur les équipements et les réseaux électriques à usage domestique ainsi que les réseaux multimédias. Cependant, elle ne concerne que les propriétaires d’habitations neuves qui ont effectuer une demande de permis au 1er septembre 2016. Elle s’applique aussi à ceux qui ont effectué leur déclaration préalable de travaux à la même date ou ultérieurement pour une rénovation. Les habitats anciens ne sont donc pas conformes à la norme NF C15-100.

Quels sont les avantages d’une installation électrique aux normes ?

La norme NF C15-100 vise globalement à permettre aux usagers d’avoir une meilleure compréhension du dispositif de distribution électrique. Il s’agit aussi d’avoir une installation avec une bonne répartition des circuits électriques, pour en faciliter l’utilisation et éviter une coupure totale de tous les circuits.
Ainsi, elle impose un nombre maximum de disjoncteurs par interrupteur différentiel (sur le tableau électrique). De même, elle enjoint l’adoption d’au moins deux interrupteurs différentiels pour distinguer les protections des circuits prises et celles des circuits l’éclairage. Le réseau multimédia aura aussi son propre circuit, avec tableau et câblage spécifiques.
Il ne s’agit pas moins d’une norme sécuritaire. Pour les installations électriques dans les salles d’eau, la norme NF C15-100 impose alors des distances minimales à respecter vis-à-vis de la baignoire, pour la mise en place d’appareils électriques. Mais même sans considération de cette norme, les règles de bon sens s’établissent autour des installations électriques. Certains faits devront donc vous alerter : câblage et équipements vieillissants, prises sans mise à la terre, prises et interrupteurs avec des signes de brûlures, etc.

Comment garantir la conformité de votre installation électrique ?

De manière générale, vous ne saurez pas vraiment que votre installation électrique est conforme aux normes ou non sans un diagnostic électrique. Celui-ci doit suivre la norme FD C16-600. Cette étude sur l’état des installations électriques vérifie plusieurs éléments à commencer par l’alimentation générale et les circuits de mise à la terre. Les composants essentiels du tableau font également l’objet d’un examen. En outre, le diagnostic porte sur le schéma de tableau électrique et le câblage.
Pour qu’un diagnostic électrique soit considéré comme conforme, il faut aussi qu’il soit mené par un professionnel. Une attestation de conformité vous sera éventuellement remise par le Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité) à l’issue de l’étude. Ce document se présente sous diverses déclinaisons distribuées en fonction du type d’installations électriques : usage particulier ou non, usage de producteur d’énergie ou encore usage et stockage d’énergie renouvelable.